Mon oiseau n’est pas motivé ! La motivation chez le perroquet

Vous aimeriez faire du renforcement positif et enseigner de nouveaux tours à votre oiseau mais il ne veut pas participer? Vous avez tout essayé mais votre perroquet n’est absolument pas motivé. Impossible pour vous de l’entrainer! 

À ce rythme là, ça va être difficile de lui enseigner quoi que ce soit. Vous avez l’impression qu’il n’y a rien à faire et vous êtes complètement découragés.

C’est tellement décevant de vous préparer pour une séance d’entrainement après avoir tout orchestré et planifié, seulement pour vous retrouver face à vous un perroquet qui fige complètement. 

Pourtant, vous avez lu sur le sujet et vous vous êtes même équipé d’une pochette à récompense rien n’y fait…

Ne jetez pas l’éponge tout de suite, il reste une multitude de choses à essayer ! 

Un perroquet qu’on ne peut pas motiver ?

Quand j’ai adopté Kilo, ma perruche omnicolore, je lisais partout que ces oiseaux n’étaient « pas possible à entrainer », que c’était des perroquets de volière « beau à regarder ». Je ne voulais pas y croire et j’étais déterminée à y arriver.  

À l’époque, j’étais peu expérimentée. Je m’étais donc donnée comme premier défi de la faire embarquer sur ma main. Lors de la première année, j’y arrivais tant bien que mal, mais les choses se sont vites dégradées.
Rapidement, elle a commencé à fuir mes mains et j’étais bouleversée. Mon perroquet n’était plus du tout motivé à être entrainé.

Je me suis demandée si, finalement, c’était vrai tout ce que l’on racontait sur internet. Est-ce que certaines espèces étaient réellement plus difficiles à entrainer, voir impossible?

J’ai donc décidé de faire des recherches plus poussées sur la science du comportement et sur les théories de l’apprentissage. C’est à ce moment-là que j’ai découvert des professionnels exceptionnels. Leurs textes et leurs explications m’ont marqués à vie et c’est comme si on m’avait enfin ouvert les yeux. 

La motivation: du papillon au singe

Les principes d’apprentissage s’appliquent à tous les êtres vivants, si bien que Ken Ramirez a entrainé des papillons!  Oui, oui : des PAPILLONS ! [3]

Si Ken Ramirez peut entrainer des insectes, votre perroquet (peu importe son espèce) peut être motivé à apprendre de nouveaux comportements. 

Et c’est là que ça ma frappé… Kilo n’avait rien à voir dans le fait que je n’arrivais pas à lui enseigner les comportements désirés. 

C’était mon rôle en tant qu’enseignante de m’assurer que mon apprenant comprenait ce que j’attendais de lui. C’était à moi de m’adapter à elle.

Depuis, Kilo a appris à suivre la cible, embarquer sur la balance pour être pesé, entrer dans sa cage sur demande et monter sur mon doigt. Grâce à elle, j’ai beaucoup évolué et j’en connais plus sur les différentes motivations des oiseaux.

L’obstacle dans votre chemin

« Si seulement mon perroquet était motivé, je pourrais atteindre tous mes objectifs ! »

C’est vrai que pour pouvoir entrainer, votre oiseau doit avoir de l’intérêt pour ce que vous voulez lui enseigner. Il y a beaucoup plus d’éléments que vous ne le pensez qui influencent vos séances d’entrainement et, donc, vos possibilités d’enseignement. 

Ici, on parle de rendre vos séances amusantes et stimulantes pour votre compagnon à plumes. Je sais que cela demande un effort considérable de vous adapter (encore) à votre perroquet sauf que c’est primordial.

Attention: la motivation ne doit pas être confondue avec la faim ! Ce n’est pas du tout la même chose. 
Techniquement, un perroquet qui a faim sera plus motivé à prendre la récompense que vous lui proposez. Oui, d’accord. Le problème c’est qu’il y a beaucoup de risques avec l’utilisation de ce genre de technique. De plus, il existe d’autres outils pour créer de la motivation qui ne requièrent pas de réduire l’apport alimentaire de votre oiseau.

Il faut motiver l’animal à vouloir participer. Pour cela, vous devez apprendre à bien le connaitre et arranger l’environnement pour avoir plus de succès. Pour viser juste, il faut connaître les particularités individuelles de l’oiseau que l’on entraine.

Comment reconnaitre un perroquet motivé ?

C’est bien beau parler de tout ça, mais concrètement ça ressemble à quoi un animal motivé ? 

Les signes de motivation:

  • L’animal vous fait face et est attentif à vous
  • Son langage corporel est détendu (ou excité)
  • Il consomme la récompense relativement rapidement
  • Après avoir terminé sa récompense, il redirige son attention vers vous pour la suite
  • Votre animal reste proche de vous
  • Etc.

Les signes que votre perroquet n’est pas motivé:

  • L’oiseau vous tourne le dos, ne vous regarde pas
  • Son langage corporel démontre de l’inconfort ou du stress
  • Il fige et ne bouge pas
  • Il s’éloigne de vous
  • L’oiseau ne prend pas la récompense
  • Il laisse tomber la récompense par terre
  • Votre animal consomme très lentement la récompense
  • Il prend la récompense et s’éloigne de vous
  • Etc.

Signes que ça ne va pas :

  • L’oiseau fait de l’agression redirigée lorsque vous entrainez (agression envers ses jouets, des objets à proximité ou d’autres oiseaux, etc)
  • Il devient stressé en présence de nourriture, il mange la récompense super rapidement et l’avale tout rond
  • L’oiseau a des comportements anormaux répétitifs lors de l’entrainement
  • Votre compagnon tente de vous fuir, il cherche une façon de s’échapper en regardant partout autour
  • Etc.

Gestion des aliments ou gestion du poids ?

Pour créer de la motivation, vous n’avez pas besoin de réduire les portions de votre compagnon ! Il y a un monde de différence entre la gestion du poids et la gestion des aliments.
Pour faire bref, la gestion du poids c’est lorsque l’on rationne la quantité de nourriture d’un animal de façon à obtenir le poids ou la côte de chair souhaité. Dans un contexte d’entrainement, le but recherché c’est surtout d’obtenir les comportements désirés. [4]
Je n’utilise PAS cette technique. Mes oiseaux ont toujours de la nourriture à volonté. Vous verrez plus bas ce que je vous recommande pour augmenter la motivation de votre perroquet sans utiliser la gestion du poids.

D’un autre côté, la gestion des aliments c’est lorsque l’on gère quand et comment la nourriture est donnée, quels sont les aliments offerts ainsi que la quantité offerte de façon à augmenter le désir de présenter les comportements souhaités. [1] On ne rationne pas la quantité de nourriture. On gère simplement la distribution de façon à avoir un perroquet plus motivé.

Voici quelques exemples de gestion des aliments :
1. Conserver les aliments favoris pour les séances d’entrainement.
2. Donner de petites quantités à la fois pour conserver l’intérêt plus longtemps de l’animal.
3. Entrainer l’oiseau juste avant l’heure du repas.
4. Etc.

Mais, il y a encore plus à tenir en considération lorsque l’on parle de motivation. Voici d’autres éléments très importants à tenir en compte:

1. Le moment de la journée

Quand est-ce que votre perroquet est le plus réceptif? Est-ce le matin, sur l’heure du diner ou encore le soir? N’oubliez pas que chaque individu est différent.
Même chose pour nous. Moi, personnellement je suis plus productive le matin c’est donc le meilleur moment pour m’apprendre de nouvelles choses.

Bien évidemment, pour le connaitre le meilleur moment il faut faire des tests et proposer des séances de jeu à différents moments. Prenez en note le tout et utilisez ces informations à votre avantage. 
Si votre perroquet est hyper motivé le matin en se levant, profitez de ce moment pour faire un peu d’entrainement. Si, au contraire, il est plus ouvert en après-midi vous devez vous adapter à lui.

2. La récompense utilisée

Le terme exact pour parler d’une conséquence qui augmente les probabilités qu’un comportement se répète est renforçateur. Je pourrais vous faire un article complet simplement sur ce sujet.

Ce qu’il faut absolument retenir c’est que chaque oiseau a des préférences qui lui sont uniques. Il faut s’assurer que le renforçateur ou la récompense que vous utilisez est réellement quelque chose que votre perroquet aime et qui le motive. N’hésitez pas à essayer différentes choses. Vous pouvez proposer plusieurs aliments différents et voir celui que votre oiseau va choisir en premier. N’hésitez pas à élargir vos horizons et à explorer différents renforçateurs.

3. L’environnement

Il faut aussi s’assurer que l’environnement choisit pour les apprentissages est un endroit où l’oiseau se sent en sécurité et à l’aise. Certains oiseaux n’aiment pas se retrouver dans des endroits inconnus. Cela peut leur faire vivre un stress et diminuer les comportements qu’ils vont produire. Si votre perroquet est «très tranquille» chez la visite contrairement à la maison où il déborde d’énergie, c’est peut-être un indicatif d’inconfort.

Il n’y a rien de mal à commencer les séances avec votre compagnon à même son environnement immédiat. Vous pouvez même commencer l’entrainement alors qu’il est dans sa cage, en contact protégé.

Comment expliquer alors qu’il y a des perroquets qui vont être plus «dociles» ou «faciles à manipuler» loin de leur environnement ou dans des endroits non-familiers ?

Simplement parce qu’à ce moment-là, vous serez probablement ce qu’il y a de plus rassurant pour lui. Face à un milieu inconnu et dans une situation où rien en lui est familier, même un humain qu’il ne connait peut sembler réconfortant.

Même s’il pourrait être tentant d’utiliser cela à votre avantage, sortir l’oiseau de sa zone de confort pour travailler plus «facilement» avec lui n’est pas recommandé.
L’oiseau n’apprendra pas à vous faire confiance et vous n’apprendrez pas à devenir un meilleur partenaire pour lui. Pourquoi? Pensez à ces jeunes enfants qui vivent du stress à la maison et qui n’arrivent pas à apprendre une fois à l’école. C’est la même chose pour votre oiseau. Le stress peut venir entacher ses capacités d’apprentissage.

4. Les distractions

Si vos enfants courent partout, que le chien jappe à la porte et qu’il y a des travaux à l’extérieur, c’est possible que le moment soit mal choisi pour enseigner un nouveau comportement à votre animal. 

Les distractions c’est tout ce qui se passent à l’extérieur de votre séance et qui a le potentiel de capter l’attention de votre oiseau. C’est très difficile de conserver la motivation de votre perroquet s’il y a trop de choses qui se produisent autour de lui. Il sera déconcentré et prendra le fil de votre séance.
Par contre, je connais des oiseaux ne soit pas déstabilisés du tout par les activités autour. Ils ont appris à faire abstraction des distractions.

La liste des distractions possibles est très longues:

  • une ombre sur le mur
  • la proximité d’un autre perroquet
  • la télévision ou une musique forte
  • votre chien ou votre chat
  • les autres membres de votre famille
  • les bruits à l’extérieur
  • les cris d’un autre perroquet
  • etc.

Prendre le temps de les reconnaitre vous aidera à mieux planifier vos séances d’entrainement pour un minium de dérangement.

5. La relation

La relation que vous avez avec votre perroquet affecte toutes les interactions que vous avez avec lui. Plus il vous fera confiance et plus ce sera facile de le motiver.

D’ailleurs, plus vous allez lui enseigner de comportements, plus vous aurez un grand historique de bons moments passés ensemble à apprendre de façon ludique ET plus il sera motivé ! Vos interactions seront perçues comme positives par votre oiseau donc il va apprécier ces séances.

Malheureusement, c’est un cercle vicieux qui peut aller dans l’autre sens. Moins votre oiseau connait de comportement, moins il aura vécu des expériences d’apprentissage positives donc moins il sera facile de le motiver au début. 
Par contre, il ne faut pas vous décourager si vous êtes au commencement de votre relation. On doit tous débuter quelque part et ces premiers pas de découverte avec votre perroquet sont vraiment magiques.

6. La durée

Vous savez ces cours interminables qui auraient pu être intéressants s’ils avaient été un peu moins long? Pensez à conserver l’attention de votre oiseau en gardant les séances courtes et stimulantes. C’est important de vous arrêter avant que votre oiseau ne soit blasé.

D’ailleurs, cela vous enlève un poids à vous aussi. Vous n’avez pas à sacrifier des heures chaque jour pour enrichir votre relation. Plus facile de rester ainsi motivé en tant qu’humain, non ?

Toutefois, cela ne veut pas dire d’arrêter dans le feu de l’action, au moment où votre oiseau a le plus de plaisir car vous allez le frustrer. Essayez plutôt différentes durées et assurez-vous de bien connaitre le langage corporel de votre perroquet. Savez-vous reconnaitre les signes d’ennui ou de diminution de sa motivation?

7. La difficulté

Vous est-il déjà arrivé de vous donner des objectifs trop difficiles et de perdre toute motivation à cause de cela?

Plus vous tentez d’enseigner un comportement complexe et plus cela va demander de la motivation à votre animal. Si c’est une comportement qui lui demande un effort physique soutenu comme voler dans des rafales de vent, cela va lui exiger beaucoup plus d’effort qu’un simple vol du point A au point B dans votre maison. 

Même chose quand vous lui enseigner la cible. Il ne faut pas commencer trop difficile. Si, dès le départ, on demande à l’oiseau de se déplacer sur 4 mètres pour rejoindre l’endroit désiré, on se met en situation d’échec. Il faut y aller un pas à la fois. 

Un autre piège à éviter est celui de vouloir garder les séances trop faciles. Dans un cas comme dans l’autre, vous diminuerez la motivation de votre oiseau. C’est très ennuyant lorsqu’il n’y a aucun défi et c’est assez emmerdant aussi quand il nous ait impossible d’atteindre nos buts.

8. Le nombre d’erreurs

Ça, c’est super important ! C’est justement une erreur que j’ai fait au début et ça m’a couté cher. Souvent, je voulais aller trop vite et je mettais mon oiseau en situation d’échec . Plusieurs fois de suite, je lui demandais un comportement sans qu’il ne le fasse. Alors, je ne lui donnais pas de récompense car il n’avait pas fait ce que je lui avais demandé.

J’ai appris à mes dépends qu’il n’y avait rien de pire pour la motivation des oiseaux. Chaque fois que notre perroquet fait une erreur, il faut en prendre la responsabilité et s’assurer que la prochaine fois il va réussir.
Par exemple, on peut lui demander un comportement qu’il connait bien ou diminuer nos critères pour celui qu’il est en train d’apprendre. Il ne faut pas continuer à lui demander la même chose encore et encore en espérant qu’il finisse par comprendre sinon votre perroquet ne sera plus du tout motivé.

C’est le rôle du professeur et non pas de l’apprenant de s’assurer qu’on minimise le plus possible le nombre d’erreurs. Face à un problème que l’on croit incapable à surmonter, on cesse parfois toute tentative (impuissance acquise) et c’est quelque chose que vous voulez éviter À TOUT PRIX pour votre oiseau.

9. La diversité

Les perroquets sont des animaux très intelligents qui ont besoin de stimulations. Quand c’est trop prévisible, ça peut devenir ennuyant. S’il reçoit toujours une tournesol comme récompense, vos séances n’auront plus rien d’inattendues et il pourrait très bien choisir de ne plus participer.

Mais, la diversité ce n’est pas seulement de varier le type de récompense ou de renforçateur utilisés. C’est aussi de varier les comportements demandés. Plus l’animal a un grand répertoire, plus c’est facile de garder sa motivation. Si vous lui demandez toujours répéter les mêmes comportements dans le même ordre, sa motivation va en prendre un coup.

Aide-mémoire

Plus de motivation, plus de plaisir !

Prenez bien le temps de réviser chaque élément un par un. Demandez-vous quelles sont les composantes que vous pourriez améliorer et comment en faire profiter vos entrainements.

Une fois que ce sera fait, vous aurez un perroquet qui prendra plaisir à interagir avec vous et qui apprendra beaucoup plus facilement. Ce sera bien plus agréable pour vous aussi ! Au lieu de tourner en rond, vous aurez des résultats et un monde de possibilités s’offrira à vous.

Pourquoi j’en suis si certaine? Parce que je suis passée par là, moi aussi. Rappelez-vous mes entrainements démoralisants avec ma perruche omnicolore. Grâce aux conseils que je viens de vous prodiguer, c’est maintenant un pur bonheur que de lui enseigner et d’apprendre à ses côtés.

Bonne séance d’entrainement !

Tous droits réservés. ©Décembre 2020

SOURCES

[1] International Association of Avian Trainers and Educators- Position Statement. (2008) Food management and weight management
[2] Heidenreich, Barbara. (2014) Weight management in animal training: pitfalls, ethical considerations and alternative options. 
[3] Article sur l’entrainement des papillons de Ken Ramirez:
https://www.clickertraining.com/the-butterfly-project
[4] Article concernant le gestion du poids de Avian Behavior International :
https://avian-behavior.org/weight-management-and-free-flight-bird-programs/
[5] Heidenreich, Barbara. (2006) Managing the deliverance of food to create motivation.

Merci de partager!
Share on Facebook
Facebook