Mon histoire

Mes débuts dans le monde aviaire

L'aventure commence en 2009...

Je venais de terminer le secondaire et j’étais à la recherche d’un emploi. Je m’étais présenté dans toutes les boutiques de vêtement «skate» (ou planche à roulette). À cette époque, je caressais l’idée de devenir professionnelle de skateboard… 

Il ne me restait qu’un seul curriculum vitae dans les mains. En partie pour faire plaisir à ma mère mais surtout pour revenir les mains vides, je suis entrée dans une l’animalerie pour poser ma candidature. À ma grande surprise, on m’annonçait joyeusement quelques minutes plus tard que je commençais le lendemain!

 

Le département des oiseaux

Le jour où mes yeux se sont posés sur cette boule de plume grise aux grand yeux noirs et profonds, j’étais hypnotisée. La créature éveillait en moi cet étrange sentiment. C’était comme si quelque chose dans mes entrailles se réveillait quand je le regardais. Initialement, j’étais dans le département des chiens et des chats donc j’ai demandé à être transféré de département pour me rapprocher de lui.

Il s’appelait Charli et c’était un jeune gris d’Afrique. Notre relation s’est développée et j’ai commencé à lire tout ce que je pouvais sur les perroquets. Un beau jour, à mon retour de vacances, j’ai été choquée de découvrir la cage de Charli vide… C’était sûrement une erreur. Où était-il? J’en avais presque oublié que mon compagnon, mon collègue de tous les jours était à vendre. 

 

Où est Charli?

J’aurais dû être heureuse qu’il se soit trouvé une famille, mais je n’y arrivais pas. Je réalisais à quel point j’y étais attaché après ces mois où nous avions appris à nous connaitre. Un beau jour, des clients sont venus au magasin en transportant un gris d’Afrique qui m’était très familier. J’avais le coeur qui battait la chamade. Charli? C’était bien lui avec sa nouvelle famille. Il venait lui faire une petite manicure. Pendant un instant, j’avais osé espérer qu’il le rapportait au magasin… Voyons! 

Je n’arrivais pas à effacer son souvenir de ma tête quand j’ai surpris une conversation téléphonique, des semaines plus tard. J’avais compris que sa nouvelle famille ne voulait plus de lui et aurait voulu être remboursé. Comme ce n’était pas possible, ils allaient le vendre de leur côté! Qu’est-ce qui allait lui arriver? Chez qui allait-il finir?!

Heureusement, l’histoire se termine bien car au moment où j’écris ces quelques lignes, Charli essait de s’en prendre à mes crayons. C’est donc chez moi qu’il a atterri suite à sa première adoption. 

 

Une passion grandissante

La sensation que je ressentais au fond de moi quand je regardais Charli c’était probablement ma passion pour les oiseaux qui se réveillait lentement. J’ai travaillé dans plusieurs animaleries où j’ai élevé des oisillons de différentes espèces. J’ai finalement atterri en technique de santé animale où j’ai mis un accent sur la médecine aviaire. 

À partir de ce moment, j’ai travaillé dans un hôpital vétérinaire avec les oiseaux exotiques puis j’ai opéré pendant quelques années mon propre centre de réhabilitation pour oiseaux sauvages. Ayant fait un stage avec le Dr Guy Fitzgerald de la Clinique des Oiseaux de Proie, j’étais un point de chute et les agents de la faune m’apportaient souvent des oiseaux de proie blessés pour les stabiliser. Ce fût une expérience qui m’a beaucoup fait grandir. J’ai énormément appris sur l’anatomie, la nutrition et la médecine aviaire. 

Lorsque je ne suis pas plongée dans mes livres sur les oiseaux, je consacre beaucoup de mon temps libre à la pratique de l’ornithologie. J’aime me balader avec mes jumelles et identifier les différentes espèces d’oiseaux que je rencontre. Observer les comportements des oiseaux d’ici est tellement fascinant. En fait, de mon point de vue, tout ce qui touche le monde aviaire est passionnant. 

Dès ce jour fatidique où mes yeux ont croisés ceux de Charli, ma passion n’a cessée de prendre de l’expansion.  

J’ai trouvé ma motivation dans la vie, ma raison d’être: en apprendre plus sur les oiseaux et partager mes connaissances.

Pas que des perroquets

Bon, il est vrai que le nom Projet Perroquet donne l’impression que je m’occupe exclusivement de perroquet, mais en réalité, je suis formée pour travailler avec toutes les espèces d’oiseaux. 

Comme mentionné plus haut, je ne suis pas que passionnée par les perroquets. Peu importe que ce soit une poule, un pigeon, une buse ou une corneille, ça m’intéresse. Pour le moment, je travaille principalement avec les propriétaires de perroquets mais j’ai des projets pour le futur qui incluent d’autres espèces d’oiseaux! À suivre…

Ma colonie

Charli, gris d’Afrique

Kilo, perruche omnicolore

Chico, gris d’Afrique

Capitaine, perruche ondulée verte

Tesla, ara chloroptère

Nairobi, perroquet de Meyer

Jacqueline, perruche ondulée jaune

Koo, gris d’Afrique


Floki, Canis lupus familiaris 

Avec eux, je suis comblée! Ils mettent du bonheur et de la folie dans toutes mes journées. Ils ont chacun leur personnalité, leur préférence et c’est un plaisir de travailler avec eux jour après jour. Tous les jours, ils m’enseignent à devenir une personne plus sensible

Mais ma famille ne serait pas ce qu’elle est sans mon meilleur ami, mon âme soeur et mon complice; Thomas. Mon conjoint fait un travail formidable avec les perroquets. Il participe activement à leur soin et m’encourage toujours dans mes projets.  Toujours souriant et plein de vie, son énergie est contagieuse. Au moment même où un nouveau perroquet passe la porte et entre dans nos vies; il l’aime déjà. 

Avoir une douce moitié qui nous supporte peut faire toute la différence.  J’en ai de la chance!